Traitement & soin

Les traitements du trouble bipolaire

Lorsqu’on parle de traitement du trouble bipolaire, cela peut comprendre à la fois des médicaments et de l’aide pratique pour que la personne puisse conserver une vie professionnelle et sociale la plus normale possible. Ce qui veut dire qu’à part le médecin traitant, d’autres médecins peuvent intervenir, éducateur, aide à domicile, travailleurs sociaux, psychologues, psychiatre, etc. Selon les cas, le médecin peut proposer au patient une hospitalisation, la fréquentation d’un centre thérapeutique ou un autre centre plus adapté au cas du malade.

Les rôles des médicaments en cas de trouble bipolaire

Les médicaments prescrits sont des régulateurs de l’humeur et leur rôle est d’atténuer les symptômes de l’épisode dépressif ou maniaque du moment et de diminuer les risques de récidive. Mais de tels médicaments ne sont généralement prescrits qu’après le troisième épisode de trouble bipolaire. C’est uniquement si les symptômes ont impacté gravement la vie et les relations du patient qu’ils sont indiqués dès le premier épisode. Le lithium est le médicament régulateur de l’humeur le plus souvent utilisé, sinon, un médecin peut prescrire des anti-épileptiques, d’usage dans les maladies du système nerveux, ou des traitements pour des affections psychiatriques.

D’autres traitements du trouble bipolaire

Durant les épisodes maniaques, certains antipsychotiques peuvent être administrés dans le but de réduire des manifestations telles que les hallucinations ou les délires. Pour calmer le malade, le médecin peut associer des benzodiazépines au traitement en cours. Pendant les épisodes dépressifs, il s’avère parfois utile d’administrer des antidépresseurs au malade, à associer avec un médicament régulateur de l’humeur. Si le cas est très grave, c’est-à-dire des épisodes résistant à tout autre traitement médicamenteux ou des épisodes sévères et prolongés, un médecin peut ordonner des séances d’électroconvulsivothérapie. Ces séances se font sous anesthésie générale et ne sont aucunement douloureuses, mais surtout, elles sont bien plus efficaces que les antidépresseurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *